COVID 19 : l’ASTAV prend des mesures exceptionnelles

Suite aux décisions gouvernementales liées au COVID 19 et face à ce contexte exceptionnel, les équipes de l’ASTAV restent mobilisées pour accompagner, conseiller et assister nos entreprises adhérentes et leurs salariés dans les meilleures conditions.

Contrainte d’exercer son activité en «mode dégradé» et dans le cadre de notre plan de continuité d’activité, l’ASTAV adapte son organisation et met en place plusieurs dispositions

I) DES VISITES MEDICALES

Pour Les entreprises adhérentes :

Dès le lundi 23 mars et jusqu’à nouvel ordre, une permanence médicale sera assurée afin de réaliser les visites médicales urgentes.

Celles-ci s’effectueront EXCLUSIVEMENT sur le site de Saint-Saulve et ne concernent que les visites à caractère d’urgence et pour les entreprises des secteurs prioritaires (énergie, distribution alimentaire, transport, santé et logistique).

La demande de rendez vous s’effectuera sur le portail adhérent

Accéder au portail adhérent

Pour Les salariés :

Transmettez vos demandes en cliquant sur le lien ci-dessous et nous vous recontacterons dans les plus brefs délais

Contactez-nous

II) DES PERMANENCES A DISTANCE

Un service de permanences à distance de nos professionnels sur différents sujets :
– des médecins du travail pour avis et conseils médicaux
– une cellule psychologique
– une permanence d’assistante sociale
– des conseils juridiques

Comment accéder à ces permanences ? : en cliquant sur le lien ci-dessous et nous vous recontacterons dans les plus brefs délais.

Contactez-nous

III) COMMUNICATION FIABLE ET ACTUALISEE

COVID 19 : ce qu’il faut savoir

Le comportement à adopter

Conseils pour les entreprises

Si vous avez des questions en tant qu’employeur, nous vous invitons à consulter la ressource « questions-réponses » du gouvernement sur le coronavirus.

Vous pouvez télécharger directement l’attestation employeur pour le déplacement de vos salariés. Elle est valable pendant toute la durée des mesures de confinement et n’a donc pas à être renouvelée tous les jours. Les attestations officielles imprimées et les attestations sur l’honneur rédigées sur papier libre sont les seules valables.

Retrouvez également les premiers guides sectoriels de bonnes pratiques : ICI

Des questions, des informations ? Des plateformes sont à votre disposition :

– un numéro vert national (cas particulier, information introuvable) : 0 800 130 000
– un numéro vert régional (cas particulier, information introuvable) : 03 20 30 58 00

Numéro d’appel pour les chefs d’entreprise impactés par le COVID19 :  03 59 75 01 00 (de 9h00 à 18h00)

Retrouvez ici la page officielle du Ministère de l’Economie, des Finances et des Comptes publics : mesures mises de soutien financier et d’accompagnement mises en place par le gouvernement pour les entreprises :
• Des délais de paiement d’échéances sociales et/ou fiscales (URSSAF, impôts) ;
• Dans les situations les plus difficiles, des remises d’impôts directs pouvant être décidées dans le cadre d’un examen individualisé des demandes ;
• L’aide de 1 500 € pour toutes les petites entreprises, les indépendants, et les microentreprises grâce au fonds de solidarité ;
• La mobilisation de l’Etat à hauteur de 300 milliards d’euros et de Bpifrance pour garantir des lignes de trésorerie bancaires dont les entreprises pourraient avoir besoin à cause de l’épidémie ;
• Un soutien de l’Etat et de la Banque de France (médiation du crédit) pour négocier avec sa banque un rééchelonnement des crédits bancaires ;
• Le maintien de l’emploi dans les entreprises par le dispositif de chômage partiel simplifié et renforcé ;
• L’appui au traitement d’un conflit avec des clients ou fournisseurs par le Médiateur des entreprises ;
• La reconnaissance par l’Etat et les collectivités locales du Coronavirus comme un cas de force majeure pour leurs marchés publics. En conséquence, pour tous les marchés publics d’Etat et des collectivités locales, les pénalités de retards ne seront pas appliquées ;
• Plus récemment, le Ministère du Travail propose aux entreprises touchées par le coronavirus de profiter du dispositif d’activité partielle sous 30 jours, avec effet rétroactif.
Pour aller plus loin, vous pouvez consulter la fiche pratique dédiée aux mesures de soutien pour les entreprises.

Pour les entreprises en activité, des modalités de travail ont été établies par le gouvernement le 16 mars 2020 en raison du coronavirus :

• Le télétravail est impératif pour tous les postes qui le permettent : la façon d’éliminer la plus efficacement la propagation du virus est de limiter au maximum les contacts physiques ;

• Les règles de distanciation et les gestes barrières doivent être respectés impérativement pour les postes non compatibles avec le télétravail : les entreprises doivent repenser leur organisation en intégrant de nouvelles habitudes comme les réunions à distance (appel ou visioconférence) ou la rotation des équipes. Il faut aussi de garantir des distances minimum ou limiter le nombre de personnes présentes dans un espace réduit lorsque ce n’est pas possible. De plus, tous les déplacements non indispensables doivent annulés ;
• Les restaurants d’entreprise ont le droit de rester ouverts à condition d’instaurer des distances minimums entre les tables : les tables devront avoir une distance de un mètre par rapport aux autres tables. Le recours à l’étalement des horaires est conseillé.

A votre disposition des affiches à télécharger ci-dessous relatives à l’hygiène des mains et aux gestes barrières.

Conseils pour les personnes

Ci dessous, les différentes mesures et les conseils de précaution et de prévention pour les salariés

Je suis considéré comme une personne à risque

Dans le cadre des mesures de prévention visant à limiter la propagation du coronavirus, les pouvoirs publics ont mis en place un dispositif dérogatoire permettant aux personnes présentant un risque de développer une forme grave d’infection (liste ci-dessous) de bénéficier d’un arrêt de travail à titre préventif. La déclaration se fait sur la plateforme declare.ameli.fr selon l’Assurance Maladie (communiqué du 17 mars 2020).

Si vous relevez d’une de ces situations, vous pouvez prendre contact avec votre médecin traitant ou un médecin de ville afin qu’il évalue la nécessite de vous délivrer un arrêt de travail. Contactez-le par téléphone, il vous indiquera la procédure qu’il a mise en œuvre dans son cabinet pour assurer la protection des personnes.

Dans le cas où il serait constaté lors de la vérification des déclarations que le déclarant ne remplit pas les conditions ci-dessus, l’Assurance Maladie ne pourra prendre en charge les indemnités journalières.

Selon le métier exercé par la personne fragile concernée, il faudra privilégier le télétravail voir de l’aménagement de poste individuel.

Je limite mes déplacements

Les personnes malades, à risque donc particulièrement vulnérables doivent impérativement rester à leur domicile. Il en va de même pour tous les salariés en télétravail ou en chômage partiel ainsi que tous les parents qui gardent leurs enfants. Pour se déplacer, il vous suffit de télécharger l’attestation individuelle ou la reproduire sur papier libre. Elle doit être remplie pour chaque déplacement non-professionnel. Les attestations officielles imprimées et les attestations sur l’honneur rédigées sur papier libre sont les seules valables. S vous avez un doute concernant un déplacement, retrouvez le récapitulatif officiel du gouvernement.

  • Liste des personnes à risque

    Les personnes dites à risque, donc fragiles, définies par le Ministère des Solidarités et de la Santé sur cette page sont les suivantes :
    • personnes âgées de 70 ans et plus (même si les patients entre 50 ans et 70 ans doivent être surveillés de façon plus rapprochée);
    • patients présentant une insuffisance rénale chronique dialysée, insuffisance cardiaque stade NYHA III ou IV;
    • les malades atteints de cirrhose au stade B au moins;
    • les patients aux antécédents (ATCD) cardiovasculaires : hypertension artérielle compliquée, ATCD d’accident vasculaire cérébral ou de coronaropathie, chirurgie cardiaque;
    • les diabétiques insulinodépendants ou présentant des complications secondaires à leur pathologie (micro ou macro angiopathie); • les insuffisants respiratoires chroniques sous oxygénothérapie ou asthme ou mucoviscidose ou toute pathologie chronique respiratoire susceptible de décompenser lors d’une infection virale;
    • les personnes avec une immunodépression soit : médicamenteuses : chimiothérapie anti cancéreuse, immunosuppresseur, biothérapie et/ou une corticothérapie à dose immunosuppressive ; infection à BIH non contrôlé avec des CD4 <200/nm3 ; consécutive à une greffe d'organse solide ou de cellules souche hématopoïétiques ; atteint d'hémopathie maligne en cours de traitement ; présentant un cancer métastasé;
    • les femmes enceintes par analogie avec les séries publiées sur le MERS-CoV et le SRAS en dépit d'une petite série de 18 cas d'infections à SARS-Cov-2 ne montrant pas de sur-risque ni pour la mère ni pour l'enfant ;
    • les personnes présentant une obésité morbide (indice de masse corporelle >40kg/m2 : par analogie avec la grippe A(H1N1)
  • Liste des affections longue durée

    • accident vasculaire cérébral invalidant ;
    • insuffisances médullaires et autres cytopénies chroniques ;
    • artériopathies chroniques avec manifestations ischémiques ;
    • insuffisance cardiaque grave, troubles du rythme graves, cardiopathies valvulaires graves, cardiopathies congénitales graves ;
    • maladies chroniques actives du foie et cirrhoses ;
    • déficit immunitaire primitif grave nécessitant un traitement prolongé, infection par le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) ;
    • diabète de type 1 et diabète de type 2 ;
    • maladie coronaire ;
    • insuffisance respiratoire chronique grave ;
    • maladies métaboliques héréditaires nécessitant un traitement prolongé spécialisé ;
    • mucoviscidose ;
    • néphropathie chronique grave et syndrome néphrotique primitif ;
    • vascularites, lupus érythémateux systémique, sclérodermie systémique ;
    • polyarthrite rhumatoïde évolutive ;
    • rectocolite hémorragique et maladie de Crohn évolutives ;
    • sclérose en plaques ;
    • spondylarthrite grave ;
    • suites de transplantation d'organe ;
    • tumeur maligne, affection maligne du tissu lymphatique ou hématopoïétique.
  • Cas particulier des femmes enceinte

    Les femmes enceintes dans leur 3e trimestre de grossesse peuvent également établir une demande d'arrêt de travail directement sur le site declare.ameli.fr.
  • Cas des professionnels de santé

    Aucun professionnel de santé, exerçant en ville ou dans un établissement sanitaire ou médico-social, ne peut bénéficier d'un arrêt de travail via le téléservice declare.ameli.fr. S’agissant des personnels soignants des établissements de santé, afin de les protéger tout en permettant la continuité du service, l'avis du Haut Conseil de la santé publique prévoit que la situation des personnels soignants soit évaluée au cas par cas en lien avec la médecine du travail de l'établissement en fonction de la gravité de la pathologie et de son évolutivité. S’agissant des professionnels de santé libéraux, un numéro d’appel unique est mis à leur disposition : 09 72 72 21 12 (numéro non surtaxé, service gratuit et prix de l’appel), valable sur l’ensemble du territoire. Ce numéro de téléphone est exclusivement réservé au traitement des situations individuelles des professionnels de santé libéraux concernés par un arrêt de travail.
  • Je dois garder un ou plusieurs enfants de moins de 16 ans

    Le gouvernement a mis en place un dispositif d'arrêt de travail avec l'Assurance Maladie pour les parents en charge de la garde d'enfants qui comprend plusieurs étapes: • J’informe mon employeur que je dois garder mon enfant à la maison et j’envisage avec lui les modalités de télétravail qui pourraient être mises en place. Le télétravail étant un droit prévu par l’article L. 1222-9 du code du travail issu de l’ordonnance du 22 septembre 2017, je peux demander à mon employeur de bénéficier du télétravail de manière ponctuelle ou durable par tous moyens. Si mon employeur me donne son accord, cela peut aussi se faire par tout moyen. Son refus doit être motivé.
    • Mon employeur peut aussi, unilatéralement, si la situation le requiert me placer en télétravail ou modifier les dates de congés déjà posés.
    • Si aucune autre solution ne peut être retenue, je peux être placé en arrêt de travail indemnisé. Pour cela, mon employeur déclare mon arrêt de travail à compter du jour du début de l’arrêt - pour une durée correspondant à la fermeture de l’école en remplissant une déclaration en ligne sur le site Internet https://www.ameli.fr ou sur le site https://declare.ameli.fr. Comme un seul parent par enfant peut bénéficier d’un arrêt dans ce cadre, je dois fournir à mon employeur une attestation dans laquelle je m’engage à être le seul parent qui demande le bénéfice d’un arrêt de travail pour garder l’enfant à domicile. J’y indique le nom et l’âge de l’enfant, le nom de l’établissement scolaire et de la commune où mon enfant est scolarisé, ainsi que la période de fermeture de l’établissement scolaire concernée. Je m’engage également à informer mon employeur dès la réouverture de l’établissement. Je n’ai pas à contacter l’ARS ou ma caisse d’assurance maladie, c’est la déclaration de mon employeur, accompagné de la transmission des éléments de salaires selon les canaux habituels, qui va permettre l’indemnisation de mon arrêt de travail.
    • Si je suis parent d’un enfant qui doit être maintenu à domicile parce que résidant dans une zone de circulation active du coronavirus, je peux également bénéficier d’un arrêt indemnisé dans les mêmes conditions, même si l’établissement qui accueille l’enfant est situé en dehors de cette zone.

Si vous avez des questions en tant qu’employeur, nous vous invitons à consulter la ressource « questions-réponses » du gouvernement sur le coronavirus.

Je respecte les gestes barrières

Au-delà des mesures d’importance qui peuvent être et seront décidées au fil des jours par l’État et les autorités sanitaires, les premières mesures de précaution et de protection élémentaires concernent tout le monde, sont faciles à mettre en œuvre et sont efficaces. On les appelle les gestes barrières :

• se laver très régulièrement les mains, à l’eau chaude et savon ou avec un gel hydroalcoolique ;
• tousser ou éternuer systématiquement dans son coude ;
• utiliser des mouchoirs à usage unique et les jeter après usage ;
• cesser les gestes de proximité habituels comme se faire la bise ou se serrer la main ;
• respecter une distance d’un mètre entre chaque personne.
Pour élémentaires qu’ils soient, ces gestes sont importants et efficaces !

A votre disposition des affiches à télécharger ci-dessous relatives à l’hygiène des mains et aux gestes barrières.